C’est une histoire qui fait chaud au coeur. Cela faisait 2 ans qu’Ophélie et sa famille cherchaient désespérément Olivier, 44 ans. « Il est devenu alcoolique après une rupture difficile et ne voulait pas se faire aider malgré tous nos efforts », raconte Ophélie.  « Il était devenu violent et du jour au lendemain, il est parti ». Sa maman ne s’en était pas remise: « Ça reste son zenfan. On ne la voyait plus sourire ».

Mais grâce à notre photo publiée la semaine dernière sur les soirées « Sourire-Partage » de la famille Laude qui donne à manger aux SDF de Saint-Denis tous les dimanches et lundis soir, Ophélie a pu retrouver son frère. On aperçoit en effet un homme en arrière plan, le visage caché par un gobelet. « C’est lui, je le sais ». Et elle n’avait pas tort.

Accompagnée de sa soeur, sa tante et sa mère, Ophélie s’est donc rendue à une de ces soirées. Il était bien là. Derrière les larmes de joie et de reconnaissance de la famille, de peine aussi. « Est-ce qu’on avait vraiment tout fait pour qu’il s’en sorte? ». Une culpabilité pesante malgré les nombreuses tentative de sa famille à l’époque. « Et de savoir qu’il dormait dans la rue, risquait sa vie et surtout qu’il ne mangeait pas. Comment est-ce possible en France? » s’indigne-t-elle.

Aux familles qui ont perdu tout espoir: « Il faut y aller. Il faut essayer encore une fois »

C’est grâce à la générosité de la famille Laude que cette réunion a été rendue possible et elle insiste auprès des autres familles dans le même cas: « Il faut y aller. Il faut essayer encore une fois, au moins pour ne pas avoir avoir ce sentiment de culpabilité, de savoir qu’on a vraiment donné le maximum ».

En voyant Olivier, ce sont les souvenirs qui reviennent également: « Il était toujours bien habillé, sentait bon, travaillait beaucoup, était courageux. Il arrivait toujours chez Maman avec des fruits et légumes du magasin dont il était le responsable ». C’est ce frère-là qu’elle espère revoir. Aujourd’hui il à l’abri chez sa famille qui effectue les démarches administratives nécessaires pour qu’il puisse trouver un travail et un logement. Ils ont aussi accueilli son compagnon de route qui n’a pas quitté ses côtés en deux ans. Une belle amitié et une famille aimante, donc. On espère qu’il y en aura plein d’autres !