« Beaucoup de gens nous disent que c’est super, qu’ils y ont souvent pensé mais qu’il n’ont pas franchi le pas ». Et bien Frédérique Laude l’a franchi il y a un mois, elle. Avec ses cinq frères et sœurs, elle vient en aide aux SDF de Saint-Denis. Le principe est simple : ils fournissent un repas chaque dimanche et lundi soir, sur la rue Maréchal Leclerc (intersection Jules Aubert) au niveau de Ravate, à ceux dans le besoin. Un sandwich, du thé, café ou jus et un dessert. Tout cela avec leurs fonds propres. Ces soirées ont été baptisées les « Sourires-partage ».

Entre 25 et 45 personnes aidées chaque soir

Réalisant qu’il fallait être une association pour pouvoir agir sur la voie publique, ils se sont associés à une boutique solidaire, Le Bout du Tunnel, et son président Bashir Ranganayaguy. Et depuis un mois, ce sont entre 25 et 45 personnes qui sont venues prendre à manger chaque soir. « On ne s’attendait pas à autant de monde, surtout en fin de mois, avoue Frédérique. Et la plupart sont bien des SDF qui prennent à manger et partent dormir dans un coin de rue ou sous un abri de nuit ».

En période de fête et les jours fériés

Il semble donc y avoir un réel besoin. Surtout les jours où la Croix Rouge et la Protection civile ne passent pas, à savoir selon Frédérique, les dimanches, lundis, jeudis et samedis, ainsi que les jours fériés. « Le but sera donc d’être présents ces jours-là ainsi que les jours fériés », explique-t-elle, avant de préciser qu’ils seront donc sur la rue Maréchal Leclerc ce vendredi 1er novembre. « Nous voulons aussi aider pour les fêtes de fin d’année en organisant un repas mais aussi en offrant des cadeaux ; ils ont besoin de beaucoup de choses dans la rue ».

Les dons sont les bienvenus

Les dons sont les bienvenus pour que les « Sourires-partage » puissent prendre de l’ampleur. « Les dons monétaires ou en nature seraient appréciés ; de préférence du sucre, café, jus ou des boîtes de conserve ».

Et c’est facile de les croiser les lundis et dimanches soir, en famille. Parce que leurs neveux et nièces se sont aussi pris au jeu. Le plus petit a 5 ans, le plus grand 66 ans. « Je pense que nous sommes tristes de ne pas avoir pu aider un oncle à nous quand on était petits, qui était SDF. On n’a rien pu faire pour lui. Peut-être que c’est ça qui nous pousse tous à agir aujourd’hui ».

Une belle initiative de la famille Laude, qui ne demande qu’à grandir afin « que tout le monde puisse manger ». Tout simplement.

Envie d’aider ? Vous pouvez contacter Frédérique Laude au 0692096633 ou sa sœur Michèle au 0692049378.