Bringelles, citrouilles, maïs, pistaches, haricots, thym, menthe… Ce n’est pas une liste de course, mais tout ce qu’on peut trouver juste au pied… de l’immeuble ! Au Moufia 2, un jardin partagé est sorti de terre en début d’année. Comme les autres potagers collectifs qui poussent depuis quelques années à Saint-Denis, cet écrin de verdure fait le bonheur des habitants. Son petit nom ? « Kaloupilé ». Un embellissement du quartier complétant les diverses actions de lutte contre la saleté menées par la ville.

« C’était une demande des habitants » explique Thierry Hubert, coordonnateur de la structure Varéas. « Il existait beaucoup de dépôts sauvages, ce genre d’endroit permet de changer le visuel, mais aussi le comportement ».

Autre avantage, et pas des moindres, les liens qui se tissent entre les riverains. Là-bas, dans le climat d’apaisement qu’apporte le contact avec la nature, des amitiés fleurissent. « Il y a des gens qui ne se parlaient pas sur le pallier et qui se côtoient dans le jardin. Il y a des sourires, il y’a de la vie, même le soir. Ils ont construit un petit kiosque pour que les enfants ne soient pas dehors en train de traîner».

« Depuis, il y moins de délinquance, et moins de stress », confirme Sabine, des haricots dans la main et un grand sourire aux lèvres. Elle fait partie des 16 familles cultivant des parcelles au pied de cet immeuble de la SIDR. « Il y aura pois sabre bientôt », se réjouit celle qui chérit la nouvelle ambiance du quartier. « On échange des légumes. Si un voisin a besoin de thym, je lui donne du thym. Ou un bringelle pour un petit rougail bringelles ». 

Le cadeau est aussi du côté du porte-feuille. Car cultiver soi-même, c’est forcément moins dépenser. « Les gens n’ont plus beaucoup de sous, donc ça, ça leur fait du bien. Il n’y a pas besoin d’aller acheter, il y a dans le jardin », souligne Sonia Bardinot, élue de quartier. Et en plus, c’est garanti sans pesticide ! De quoi allier bien-être, santé, sécurité, partage et harmonie.