– En partenariat avec Anthurium Tourism

Si vous vous offrez une ou deux nuits dans un hôtel 4 étoiles à Saint-Pierre, il y a fort à parier que vous n’êtes pas du coin. Et pourtant à la Villa Delisle, on se sent comme chez soi. « L’objectif en hôtellerie, c’est le bien-être. C’est une parenthèse, le temps d’un moment, où l’on oublie ses tracas et responsabilités, affirme Taha Alibay, directeur adjoint de la Villa Delisle. Se sentir bien, c’est aussi se sentir chez soi, donc on a voulu garder l’ambiance de cette vieille case créole et entretenir ce sentiment d’être dans une maison ».

En effet, la bâtisse de base est une vieille case créole, comme on les aime. Certains murs pas tout à fait droits sont la preuve de façades qui ont bien vécu et à certains endroits, des traces de chaux et de coraux à l’intérieur des murs sont visibles. La case avait été transformée en hôtel 2 étoiles puis rénovée en 2014 par le couple Antonini (aussi propriétaires du casino à côté). Si l’hôtel appartient au groupe du casino, la clientèle venue pour les jeux et tournois est minoritaire. Pour les amateurs, des tarifs promotionnels sont proposés.

« On n’a pas l’impression d’être à Saint-Pierre »

Mais nous sommes bien loin des bruits et lumières aussi bien du casino que du centre-ville – déconnectés des voitures qui passent, dans le calme d’un univers de voyage et de découverte. L’accueil contient de vieux meubles, valises et globes évoquant le monde de Jules Vernes et les longs périples vers l’aventure. Le bar quant à lui n’est autre qu’une ancienne mallette géante. Voyager, oui, mais pas n’importe où. Les tropiques sont bien présents grâce aux poissons et coquillages dans tout l’hôtel.
a
« On n’a pas l’impression d’être à Saint-Pierre, assure Taha Alibay, ancien agent de voyage. Avant je vendais des destinations, alors qu’à La Réunion, on a tout, en fait ». Et en périple, il s’y connaît. De famille indienne, il est né à Madagascar avant d’arriver, petit, à La Réunion. Les études l’ont ensuite conduit jusqu’en Afrique, Inde et Arabie Saoudite. En crise sanitaire, il faut s’adapter et pour lui, la localisation de la villa est idéale : face à la plage, en plein centre-ville, non loin du cirque de Cilaos.

Ça, c’est pour ceux qui veulent bouger. Sinon, la piscine, le bar, le restaurant mais aussi la salle de sport et le spa suffisent amplement. Un restaurant qui propose une cuisine « bistronomique » : de la grande cuisine gastronomique à la portée de tous, à savoir avec des produits simples et peu chers mais qui ont tout des restos chics. Et à la Villa, c’est du 100% local et bio.

Cet hôtel a du succès : ses 41 chambres sont prises jusqu’à mi-janvier. Et pour faire profiter les vacanciers, l’agence de voyage Anthurium propose un séjour d’une nuit avec cocktail, la chambre double supérieure, petit déjeuner, diner et coupe de champagne au casino.

*frais de dossier : 10 euros par couple