Alerter sur l’omniprésence de la publicité dans l’espace public. C’était le but de l’action menée ce mardi à Saint-Denis par des militants du mouvement Extinction Rebellion.« La rue est à nous, pas à la pub », « on veut des arbres, pas de la pub », « notre regard n’est pas à vendre, lâchez-nous les yeux »…  Au total, plus de 300 affiches à slogan ont été collées sur les espaces publicitaires pour dénoncer une « pollution du cadre de vie des habitants ». 

« Les publicités sont principalement le fait de grandes multinationales faisant la promotion de voitures, d’abonnements téléphoniques, d’alcool et de réductions dérisoires sur de l’alimentation de mauvaise qualité », constatent les militants écologistes, reprochant à la publicité de pousser « à la surconsommation et donc au surendettement », alors même que 40% des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté. « Elle crée également de la frustration et donne le sentiment de ne pas pouvoir accéder au bonheur », font-ils remarquer.

« Moins de stress, plus de partage »

Convaincus de la nécessité de limiter sa présence dans les rues, les militants interpellent les élus, mais aussi les citoyens, appelés à donner sur avis dans le cadre de l’enquête publique sur la révision du Règlement Local de Publicité. « La publicité génère très peu de recettes pour les communes, il est donc tout à fait possible de la supprimer complètement de notre paysage sans que cela ne vienne amputer les finances publiques », assurent-ils.

Pour les membres d’Extinction Rebellion, le moins est l’ami du plus : « Imaginer une vie avec moins c’est imaginer une vie avec moins de stress, moins de dettes, moins de mécontentement, moins de frustration, moins de pollution. Imaginer une vie avec plus, c’est imaginer une vie avec plus de relations importantes, plus de vie associative, plus de partage, plus de temps pour soi, plus de biodiversité. »