Vous connaissez forcément les Nuits sans lumière. Cette période de répit pendant laquelle laquelle l’obscurité naturelle reprend sa place. Cette année, le parc national va plus loin et instaure « Les Jours de la Nuit ». Un changement de positionnement permettant d’évoquer la thématique de la pollution lumineuse et de ses solutions de manière plus large.

« L’événement des « Nuits sans lumière » se concentrait principalement sur l’échouage des pétrels. Hors, les pétrels (tout comme les tortues marines) ne sont pas les seuls concernés par les problématiques d’éclairage. Les êtres humains et les autres espèces de la biodiversité réunionnaise sont également touchés », explique le Parc national. « À terme, l’objectif est d’intégrer le besoin d’obscurité dans les politiques publiques et de pérenniser cette démarche toute l’année ».

Le top départ de cette première édition des « Jours de la Nuit » sera donné le 10 avril prochain. Jusqu’au 4 mars, tout un tas d’animations seront proposées sur le thème de la nuit. Parmi elles, de nouvelles activités originales : randonnée nocturne accompagnée d’un astronome, escape game (jeu d’énigmes dans un décor mobile), balade spectacle… Sans oublier les traditionnelles soirées contes, expositions, et observations des étoile. Le programme détaillé sera bientôt dévoilé. Et comme chaque année, les acteurs publics et privés réduiront leurs éclairages et proposeront un calendrier d’extinctions des lumières artificielles.

De quoi faire lever le nez à tous les Réunionnais pour profiter du magnifique spectacle de la nuit.

 

5 raisons de « mieux éclairer »

POUR AMÉLIORER NOTRE SANTÉ
Aujourd’hui, plus de 80 perturbations sont considérées comme conséquences d’une exposition excessive aux éclairages : troubles du sommeil et de la concentration, agressivité, diminution des performances… L’excès de lumière artificielle est néfaste pour l’Homme ! La nuit noire est essentielle au maintien de notre rythme naturel.

POUR PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ DE NOTRE ÎLE
L’île de La Réunion est un des 34 « points chauds » de la biodiversité dans le monde et enregistre un taux d’endémisme record. L’éclairage massif nuit fortement aux espèces animales de l’île, toutes catégories confondues : pétrels, tortues marines, insectes, reptiles, chauve-souris, végétaux…

POUR RÉDUIRE NOTRE FACTURE D’ÉLECTRICITÉ
La lumière, ça coûte cher ! Si nous adaptions les éclairages publics et privés, nous pourrions faire des économies de 25 à 50 % sur la facture énergétique globale. Certaines communes réunionnaises les éteignent déjà en milieu de nuit généralement entre 22h et 4h du matin, toute l’année. 

POUR RALENTIR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE
À La Réunion, la production électrique représente 47% de l’empreinte carbone. Au niveau mondial, l’électricité destinée à l’éclairage public et privé représente environ 5 % des émissions de gaz à effet de serre.

POUR MIEUX OBSERVER LES ÉTOILES
La lumière diffuse de l’éclairage public est une véritable gêne pour l’observation du ciel étoilé. Selon les mesures de l’Observatoire astronomique des Makes, il est désormais quasi impossible d’observer les étoiles sur les 30 premiers degrés au-dessus de l’horizon.