Les visages de 23 Réunionnais sont accrochés aux murs de la bibliothèque Alain Lorraine à la Source à Saint-Denis. Ils portent tous l’écharpe républicaine et posent sur un fond sombre. Des élus ? Loin de là.

Il s’agit de photos prises par Eric Lafargue sur commande de la Fondation Abbé Pierre. Objectif : donner la parole aux personnes sans domicile mais également les acteurs du secteur sur la problématique du logement à La Réunion. Pour ce faire, chacun a enfilé l’écharpe et émis l’hypothèse « Moi, si j’étais maire… ».

« J’ai voulu mêler les sans abris et les présidents d’associations ou encore journalistes sur un fond noir afin de montrer comme il est facile de basculer du jour au lendemain dans l’obscurité et ce pour n’importe qui », explique le photographe. Il y avait notamment un très jeune, d’une intelligence impressionnante. Comme quoi personne n’est vraiment à l’abri de se retrouver dans une situation difficile ». 

C’était malheureusement le cas de Sarah* qui est restée deux ans sans abri. « Ça s’est passé un weekend, juste après un divorce ». Fuyant le danger, elle préfère rester anonyme. « Tous les jours il fallait appeler le 115 pour voir s’il y avait une place à l’abri le soir-même, raconte la Dionysienne. Mais beaucoup de nuits ont été passées dehors. Surtout quand on me disait qu’il n’y avait pas de place pour mon fils majeur. Je restais dehors avec lui ». C’est enfin grâce à la Fondation Abbé Pierre que Sarah a pu trouver un logement il y a deux mois. « Je les remercie du fond du cœur. C’est pour ça qu’il faut soutenir les associations ».

Tous affirment en effet que s’ils étaient maires, ils apporteraient d’avantage de soutien aux associations, apporteraient plus d’aide aux plus démunis et combleraient le manque de logements qu’ils observent aujourd’hui.

Ces visages très parlants, accompagnés de leurs paroles, sont exposés à la bibliothèque jusqu’au 7 novembre.

*prénom d’emprunt