Des banians majestueux, des ruelles étroites et anarchiques, des pêcheurs traditionnels et d’agréables bœufs musicaux… Terre Sainte est dotée d’un irrésistible charme. Véritable village niché au sud de la ville de Saint-Pierre, le quartier tente de préserver son authenticité, malgré l’installation croissante de la modernité. Et demeure un endroit où il fait bon s’allonger, à l’ombre, sur un banc ou un muret, pour profiter d’une pause bercée par le bruit des vagues.

L’origine du nom est incertaine. Selon l’écrivain et journaliste Jules Hermann, le terme viendrait du malgache Terasisindrano, signifiant l’autre bord, Terre Sainte étant à la rive gauche de la rivière d’Abord. Une autre version l’explique par l’existence autrefois d’un arbuste épineux à cet endroit, le bois de sinte. Pas de doute par contre sur son surnom, qui parle de lui-même : village pêcheurs.

Découvrez la beauté de ce site hors du commun à travers l’objectif aguerri du Cahier Perturbé, dont nous publions ici quelques clichés (anciens et récents) extraits de son album TerSint » | Manièr ladi lafé & désordèr.

Plus de photos sur la page www.facebook.com/lecahierperturbe/