Il y a an, elle retrouvait la liberté. Après avoir été bichonnée au centre de soins de Kélonia, la tortue caouanne Tina replongeait dans l’océan le 21 mai 2019, équipée d’une balise Argos, permettant son suivi satellitaire. Depuis, elle a parcouru bien du chemin.

« Elle a repris sa migration pour rejoindre les côtes du Sultana de Oman, où elle a séjourné quelques semaines », rapporte Kélonia. « L’île de Masirah à Oman est un site de ponte très important pour cette espèce. » Tina est ensuite remontée vers le détroit d’Hormuz où elle s’est installée. « Elle semble y avoir trouvé un habitat d’alimentation favorable. Elle va y constituer des réserves jusqu’à sa prochaine  saison de reproduction. Certainement à Masirah. »

« La précision de la balise n’aura pas permis de savoir si lors de son séjour près de Oman Tina a fait sa première ponte, ou si elle était juste ‘en repérage’, avant de partir rechercher un site favorable pour constituer des réserves graisseuses, indispensables à la production d’oeufs et la période de jeun qui accompagne la migration de reproduction et la saison de ponte des tortues marines », précise le centre de soins. 

Tina est la première tortue caouanne qui a pu être suivie sur ces étapes importantes de son cycle biologique : le retour une fois mature vers son site de naissance où elle ira se reproduire, et son installation sur son habitat d’alimentation nérétique (relatif à la zone marine peu profonde, située au-dessus du plateau continental), qu’elle devrait occuper entre chaque saison de reproduction.