Une Djette réunionnais est en lice pour intégrer le top 100 des meilleures DJ féminines à l’échelle mondiale. Un concours organisé par le site Djanetop.com, sur lequel les internautes peuvent voter pour espérer voir leur artiste préférée se démarquer. Celle dont le nom de scène est D-Lisha y voit l’occasion de rappeler les talents des femmes du monde entier, dans un milieu encore très masculin.

« J’ai toujours voulu mettre la femme et l’émancipation féminine en avant. On est certes au 21ème siècle mais on a hérité d’une société patriarcale dont il est parfois difficile de se détacher. J’admire toutes ces femmes qui se battent pour faire évoluer les mœurs », exprime-t-elle, lassée d’entendre : « Tu mixes bien pour une fille ».

« Souvent les femmes DJ sont appréciées pour leur physique et leur plastique alors que ce sont de vraies reines de le nuit ! A La Réunion, je suis la seule à exercer régulièrement en club bien que je ne sois pas là seule DJette », rapporte la Djane « Open Format », qui vogue entre les styles, du hip-hop au dancehall en passant par l’afrobeat et l’électro.

Rêve de petite fille

Née d’une mère réunionnaise et d’un père guadeloupéen, D-Lisha (Laurence de son vrai nom) a grandi en région parisienne, où cette passion lui est venue à l’âge de 10 ans. « Je me souviens déjà à l’époque, avec ma petite chaîne hi-fi, de tenter de faire des remix avec les cassettes audio ! Et surtout de cette soirée où au journal télévisé, on annonçait l’ouverture de la 1ère école de DJ en France ». Mais lorsqu’elle en parle à ses parents, leur réponse la refroidit : « Mon père m’avait clairement dit que ce n’était pas un métier pour une fille… Je m’étais alors résignée. » Elle n’en mettra pas pour autant sa passion pour la musique entre parenthèse, et se lancera dans la chanson. D’abord choriste dans des groupes péi, elle explore ensuite le R&B et sort plusieurs titres, en groupe et en solo.

C’est il y a deux ans que l’artiste décide de se former au deejaying. « Sans aucune prétention, juste par plaisir », précise-t-elle. Aidée par son parcours de chanteuse – elle a d’ailleurs été finaliste de Run Star -, elle  acquiert rapidement les techniques de bases. « Je suis tout de même fière de mon parcours car aujourd’hui j’exerce régulièrement à Saint-Denis. Je n’aurais jamais cru que mon rêve de petite fille allait devenir réalité. »

Aujourd’hui, quand elle mixe, elle oublie tout. « Je ne pense qu’au plaisir que je peux procurer chez les gens durant la soirée. On ne se rend pas compte, mais un DJ donne une partie de soi durant son mix, c’est un véritable partage. Et c’est un échange aussi. Car le public vous renvoie sa joie, son amusement ! C’est une sensation difficile à décrire mais tellement formidable. »

Si vous voulez lui donner un coup de pouce, c’est par ici : https://djanetop.com/djanes/d-lisha/