Elle est députée. Elle a été ministre des Outre-mers. Et aujourd’hui, la voilà maire de la plus grande commune des Outre-mers. Ercika Bareigts a remporté ce dimanche le second tour des élections municipales à Saint-Denis.

« Mon engagement politique a été, à chaque pas, un peu symboliquement tracé par des premières fois. Si cela peut tracer la voie pour d’autres jeunes filles, d’autres jeunes femmes, qui s’engagent en politique, je serais ravie. C’est le sens de ce que nous faisons. C’est très difficile le combat politique pour les femmes et ça demande beaucoup de sacrifices, c’est un vrai match de boxe. Et vous voyez, je ne ressors pas abimée, mais complètement épanouie, donc vraiment les femmes, si vous voulez y aller, il n’y a pas de problème ! »

C’est ce qu’elle a déclaré alors que la tendance des résultats du second tour des élections municipales la menait chaque seconde vers la victoire. Et elle a réussi, face au président de Région, Didier Robert. Face aux journalistes, nombreux à l’interpeler, un thème revenait dans chacune de ses réactions : le pouvoir les femmes en politique.

Saint-Denis n’a d’ailleurs pas été la seule commune à élire une maire. Huguette Bello, figure incontournable de la politique réunionnaise, a été élue maire de Saint-Paul, Vanessa Miranville à la Possession et Juliana M’Doihoma à Saint-Louis. Quatre femmes maires, donc ; ça aussi, c’est une première pour La Réunion.