Il n’y a pas d’âge pour s’intéresser à la protection de notre belle planète. Et plus tôt c’est, mieux c’est, estime l’association Project Rescue Ocean Réunion (relai de l’association nationale éponyme), dont le leitmotiv est éloquent : « Un enfant sensibilisé deviendra un adulte responsable ». Après les opérations de ramassage de déchets organisées mensuellement, l’équipe enclenche la vitesse supérieure avec des actions directement dans les écoles. La première s’est déroulée ce vendredi matin avec deux classes de CP de l’école Desbassyns, à Sainte-Marie.

Pendant une heure et demi, deux bénévoles ont échangé avec les marmailles sur les problématiques liées aux déchets et leurs impacts sur les océans. « À cet âge, on peut leur inculquer beaucoup de choses. On leur explique le cycle de l’eau, on les sensibilise sur l’importance de leurs gestes au quotidien. Le but est aussi qu’ils en parlent à leurs parents quand ils rentrent à la maison », indique Marie, formée par l’association nationale sur les manières d’aborder les thèmes environnementaux.

Fait rassurant : les petits écoliers se sont montrés particulièrement intéressés, et les doigts n’ont cessé de se lever pour participer. « Mon papa il met son mégot de cigarette dans la plage », intervient l’un d’eux, visiblement déjà conscient de l’effet néfaste d’un tel geste. « J’ai vu une tortue qui s’étouffait », réagit un autre après le visionnage d’une vidéo dévoilant les dangers du plastique pour les espèces marines. « Il y a des tortues qui ont du fil sur elles, il y a du polystyrène dans la mer », commente la petite Giovanni. Son ressenti face à ces découvertes ? « De la tristesse », confie-t-elle. Une prise de conscience nécessaire à l’adoption d’un comportement responsable.

« On voit à leurs propos qu’ils ne sont pas fermés, qu’ils connaissent déjà des choses, et qu’ils portent un regard critique sur les agissements de leurs parents. On espère que ce genre d’initiative va générer un changement de comportement vis-à-vis de la nature », exprime avec enthousiasme Edith Zaneguy, leur professeure, ravie de cette action dans sa classe. « J’avais déjà entamé un travail sur les ressources de la terre, cette intervention tombe à pic ».

Pour diffuser le plus largement possible son message, l’association compte étendre son opération aux quatre coins de l’île, et lance un appel à toutes les bonnes volontés pour étoffer ses rangs. Objectif : sensibiliser 500 à 1000 élèves de primaire d’ici la fin de l’année, mais aussi des collégiens et lycéens. Avec à la clé, pour tout ce petit monde, un « diplôme de sauveteur des océans ». De quoi leur donner envie, on l’espère, de s’en sentir dignes.

 

Les écoles intéressées par ces actions de sensibilisation peuvent écrire à l’adresse suivante : sensibilisation.pro@gmail.com