« La solution, c’est la réutilisation ». Voilà le credo de l’entreprise OYOBO, qui lance un service de barquettes consignées dans les restaurants de l’Ouest (dans la même optique que Réutiliz et  CaryOn). D’abord à Saint-Paul, dès ce mois de décembre, puis au Port et la Possession. L’objectif : proposer un tarif équivalent au jetable.

À l’initiative de cette nouvelle démarche, Anthony a entamé un changement de vie après une prise de conscience. Manager dans la restauration, il se rend compte de la quantité phénoménale de déchets générés par cette activité. Il choisit alors de démissionner de son poste pour créer OYOBO. Il sera rejoint dans l’aventure par son ancienne camarade de promo Emma, militante pour l’environnement.

Le concept s’appuie sur une monnaie d’échange matérialisée par un jeton-consigne d’une valeur de 5 euros. Le restaurateur propose aux clients de se faire servir dans un contenant consigné OYOBO en échange de ce jeton-consigne ; les clients déjeunent, restituent leurs contenants consignés dans un établissement du réseau et récupèrent un jeton. Le lavage est ensuite à la charge d’OYOBO.

Les premiers jetons déjà en vente

Pour encourager les restaurateurs dans leur transition, OYOBO a d’ores et déjà mis en vente les premiers jetons sur la plateforme de financement Zeste, et ce jusqu’au 20 décembre.« Pour chaque jeton acheté, ce sont 5 euros qui vont directement aider un restaurateur saint-paulois dans sa transition écologique, avec en prime la possibilité pour l’acquéreur de diriger son geste vers un restaurant en particulier », indiquent Anthony et Emma. Les simples dons sont également possibles.

Pour les entreprises ou collectivités désireuses d’accompagner et de faciliter le passage à la consigne de leurs collaborateurs, OYOBO propose aussi l’installation de bornes de collectes.« Cela permettra d’effectuer des commandes groupées sans avoir à se déplacer pour ramener les boites vides », soulignent Anthony et Emma.

Tous deux espèrent ainsi réduire la consommation de barquettes jetables (qui est de l’ordre de 80 000 par jour, soit 28 millions par an), beaucoup trop importante pour notre île, où les centres d’enfouissement arrivent à saturation.

De la restauration à emporter 2.0

Et pour OYOBO, si les emballages compostables « répondent à une demande en termes d’image auprès des consommateurs », ils restent préoccupants des points de vue financiers et environnementaux. « Ils coûtent en moyenne 30 à 40% plus cher que la plupart des emballages jetables et les filières de compostages industrielles ne sont développées ni en France métropolitaine, ni dans les DOM, le compostage à domicile n’étant pas une solution pour ce type de produit », pointent-ils du doigt, convaincus de l’urgence de se tourner vers le réemploi et de délaisser le jetable. 

OYOBO c’est aussi de la restauration à emporter 2.0. Une application mobile est en cours d’élaboration et sa première version sortira en janvier 2021. Elle permettra aux utilisateurs de commander leurs plats dans des boites consignées en avance et de les récupérer déjà prêts à l’heure souhaitée. Que de bonnes raisons de passer à la consigne !