Conserver, recycler, fabriquer soi-même… la tendance est à l’écologie dans tous les domaines. Même celui de la mode. De plus en plus de femmes ont recours à la mode d’occasion et s’habillent dans les boutiques dépôt-vente.

Certaines y déposent des habits ou accessoires alors que d’autres achètent. Plusieurs boutiques existent sur l’île comme Aath à Saint-Denis, La Coquetterie à Saint-Gilles ou encore Les Poupées Russes à Saint-Pierre.

Lou, une Dionysienne habituée du seconde main depuis 3 ans n’y voit que du positif : « C’est avant tout économique. On peut trouver des articles de marque et de très belles pièces beaucoup moins chères. Et si la boutique trie bien ce qu’elle achète, les habits sont de bonne qualité ». Ce serait ça la différence avec une friperie : la sélection est une partie très importante d’une boutique dépôt-vente.

« Les articles peuvent être à moitié prix, voir moins cher encore et parfois, ils n’ont jamais été portés ou il s’agit d’un tout petit défaut de fabrication ». Lou n’oublie pas l’intérêt pour la terre également : « Au lieu de toujours acheter du neuf et gaspiller, c’est bien de recycler, c’est plus écologique ».

« J’aime porter ce qui a été porté dans une autre vie »

Les Poupées Russes à Saint-Pierre.

De la marque basique aux grands noms comme Gucci ou Yves Saint-Laurent, tout est possible. Chez La Petite Collectionneuse, boutique en ligne réunionnaise, il s’agit plutôt de marques de luxe. « Comme toutes les personnes qui aiment la mode, on a toute envie d’avoir une pièce de luxe dans son dressing mais c’est souvent inabordable. C’est pour ça que je me suis lancée dans le seconde main », raconte Jessica Thomas, créatrice du site.

« Les gens prennent beaucoup soin de leurs affaires et donc ce que j’arrive à avoir est comme neuf ! » ajoute-t-elle. « J’étais pas certaine que ça marche à La Réunion mais j’ai été agréablement surprise. Beaucoup de Réunionnais n’ont pas les moyens de s’offrir du neuf. Beaucoup aussi avaient acheté du neuf à l’époque et veulent se faire un peu d’argent en revendant ».

Pour Jessica, avant tout, l’intérêt est le vintage. « C’est une passion. « J’aime porter le vintage qui a été porté dans une autre vie, décennie, époque par une autre passionnée de mode. M’imaginer à cette époque. Et le vrai vintage c’est inévitablement seconde main ».

La boutique Aath à Saint-Denis.

Un ensemble chez Aath.