Les coins entachés, de quelques déchets ou de montagnes d’encombrants, que ce soit en centre-ville ou dans les espaces naturels, ne manquent malheureusement pas à Saint-Denis. Elle essaye donc de prendre les choses en main. « Notre ville, ces différents quartiers, ces bâtiments publics,  sont nos espaces de vie, affirme le maire de la ville lors d’une conférence de presse ce mardi, ce sont des lieux de sortie, de loisirs, de détente et d’épanouissement. Par conséquent ce sont des lieux où nous devons éprouver un sentiment de bien-être, de tranquillité, d’apaisement.  Pour y parvenir,  nous devons collectivement,  préserver notre ville, quel que soit le quartier où nous nous trouvons, de toute forme de nuisance, et en particulier, celle provoquée par tous les déchets que nous produisons ».

Un coût total de 30 millions d’euros par an

Et c’est un travail que la mairie a déjà entamé : en 2018, 3 450 tonnes d’encombrants ont été collectés en porte à porte. Cette année, ce sont près de 150 agents dédiés à la protection de l’environnement et à la propreté des quartiers.

Saint-Denis a ainsi mobilisé un dispositif « Plan Propreté » appelé PARÉ : Prévenir, Agir, Réprimer, Embellir. Six directions y sont réunis, comme la direction de l’environnement et des espaces publics ou encore la direction de la sécurité et de la police municipale. Elles travaillent en partenariat avec la CINOR, l’ARS (Agence régionale de santé), des associations comme le GLEM (Groupement local pour l’environnement et la médiation), les entreprises privées du nettoyage comme Nicollin et La Ressourcerie.

Les actions concrètes : le maintien de la propreté urbaine, l’ élimination des véhicules hors d’usage, l’éradication des dépôts sauvages, l’élagage dans différents établissements scolaires, le traitement des friches urbaines et les campagnes de dératisations et démoustications. Le coût total de ce travail : 30 millions d’euros.

Mais la Ville le rappelle : c’est une problématique qui concerne tous les habitants et c’est à tous les Dionysiens de faire leur part. La conférence de presse du maire s’est d’ailleurs tenue dans le site de réhabilitation de Moufia les Hauts. Un site symbolique puisqu’il y a encore quelques semaines, cet espace de 2 hectares était jonché de détritus. Les familles du quartier peuvent aujourd’hui en profiter.